BLOG

Tout savoir sur le Digital

 

Deux réseaux de liens Polonais pénalisés par Google

Temps de lecture : 3 minutes

La machine antispam de Google continue à tourner. Après avoir pénalisé Buzzéa et des sites allemands, le moteur s’en prend à deux réseaux de lien polonais ; de quoi mettre en garde les référenceurs peu prudents.[clear]

Nouvelle pénalisation annoncée par Matt Cutts

L’algorithme de Google multiplie ses victimes, en pourchassant sans relâche les réseaux de liens frauduleux. Il y a à peine une semaine, Matt Cutts a annoncé deux pénalités faites, à l’encontre de sites polonais. Limité à ses 140 caractères, et toujours aussi évasif, Matt Cutts s’est contenté de tweeter le message suivant : « Not done with Germany yet, but we just took action on two Polisk link networks + reminder blog post: goo.gl/qomFP8 ». Personne ne sait vraiment quels sont les sites ciblés par ce tweet. Cette annonce suffira, néanmoins, pour rappeler à l’ordre toutes les plateformes polonaises.

Peu de détails sont donnés, les webmasters sont réellement mis en garde

Rappelons-nous, il y a tout juste deux mois, c’était le site français Buzzéa qui subissait une pénalité du moteur. Depuis, l’on n’a plus entendu parler de la plateforme, qui après avoir appris sa pénalisation, semblait vouloir abandonner ses activités. Cette fois, une chose est sûre, l’annonce de Matt Cutts aura d’importantes répercussions sur les stratégies « spam my », utilisées par quelques spécialistes du référencement naturels. On l’a bien compris, Google n’a vraiment pas l’intention de baisser sa garde. D’ailleurs, il prévoit de pénaliser, très prochainement, ses cibles allemandes.

tweet-pologne

Aucune information précise n’a été donnée, concernant les réseaux de liens polonais punis. D’après certains internautes, il s’agirait de Prolink.com et de e-weblink.com. Le responsable polonais de la Search Quality Team de Google, pour sa part, n’a pas attendu longtemps pour publier un article de rappel, concernant les réseaux de liens. En ne donnant aucune information sur les sites pénalisés, Matt Cutts entretient la peur chez les webmasters, qui usent des réseaux sanctionnés. Tout le monde est à nouveau prévenu : il ne faut plus faire n’importe quoi, lorsqu’on opère du link building. Par ailleurs, tous ceux qui s’imaginaient qu’on pouvait tout se permettre parce qu’on n’écrit pas en anglais se sont bien trompés ! Google prouve qu’il a l’œil sur tout et partout.

Pénalisations préméditées ?

Une question plane toujours… Si Google reste encore une fois discret sur ses pénalisations, est-ce fait exprès ? Ces pénalisations sont-elles des coups montés, et ont-elles des cibles bien déterminées ? En observant une carte, on ne pourra s’empêcher de remarquer que les victimes européennes du moteur sont, non seulement liées géographiquement, mais constituent aussi les pays les plus grands de l’Union Européenne. La prochaine victime sera-t-elle la Suède ? L’Italie ? L’Espagne ? Ou la Finlande ?

Les plus attentifs auront également remarqué que Penguin s’est complètement fait oublier. Rappelons, en effet, qu’en 2011 c’était Penguin et Panda qui semaient la terreur sur le Net.

Nicolas Baccon
Nicolas Baccon
Fondateur de l'agence et passionné de la programmation web, du design, du marketing et des nouvelles technologies, je suis aussi rédacteur à mes heures perdues sur de nombreux sujets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *