BLOG

Tout savoir sur le Digital

 

Vringo veut faire payer la facture à Google pour des brevets liés à Adwords

Google a été pris la main dans le sac et payera le prix fort à cause de ses infractions. Notamment celle qui concerne l’utilisation de brevets, liés à son programme Adwords.[clear]

Une sanction lourde à porter pour Google

La sentence sera lourde pour le géant de l’internet. Le mercredi 29 janvier, le juge fédéral Raymond A. Jackson – d’un tribunal du district de l’État de Virginie – a reconnu Google coupable de contrefaçon à cause de plagiat sur son programme Adwords. La sanction oblige la firme de Mountain View à verser 1,36 % des revenus apportés par le programme à la société Vringo. Cette dernière a beaucoup fait parler d’elle ces derniers temps. Elle a déjà entamé plusieurs poursuites judiciaires à l’encontre de grandes enseignes. Notamment contre celle de Microsoft, AOL ou encore Target and Gannett. Microsoft, par exemple, a dû verser 1 million de dollars de compensation à Vringo en mai 2013 à cause de publicités diffusées sur son moteur Bing. vringo

Concernant Google, Vringo n’est pas à son premier coup d’essai. En effet, en septembre 2011, la société avait déjà attaqué Google. En décembre 2012, elle réussit à lui soutirer 30 millions de dollars pour violation de brevets. Le moteur a dû également lui céder des royalties. Le 3 janvier 2014, Virgo a encore reçu un dédommagement de 17,4 millions de dollars pour une fraude estimée plus importante.

Vringo le « patent troll »

La société Vringo est ce qu’on peut appeler un « patent troll ». Dans un langage plus courant, on comprendra que cette entreprise cherche à se faire de l’argent rien qu’avec des litiges de licences. Patent TrollEt c’est effectivement dans ce but qu’en 2011, la société avait racheté les brevets du moteur Lycos ; Ce dernier avait disparu du web depuis 2009. En somme, Vringo est un commerçant de solutions technologiques et exploite, à cet effet, plus de 500 brevets. Un vrai catalogue qui lui permet, facilement, de créer des litiges. Aussi, les brevets hérités de Lycos lui octroient la propriété intellectuelle liée à des technologies de filtrage qui jouent un rôle dans l’emplacement des publicités, sur les pages de résultats d’un moteur.

Réactions de la firme de Mountaint View

Suite à l’accusation de Vringo, Google n’a pas attendu longtemps pour riposter. Pour sa défense, la firme a assuré qu’elle a effectué des changements dans son programme de publicité Adwords. Selon elle, ces modifications auraient dû suffire pour que la plainte soit levée. Seulement, le juge Jackson n’a pas été du même avis. Voici alors les propos de ce dernier concernant l’approche de Google : « nothing more than a colourable variation of the system adjudged to infringe », que l’on traduit par  « rien de plus qu’une variation déguisée du dispositif au cœur de l’infraction ». Évidemment, le géant du net n’est pas resté inactif face au verdict du juge. Google a en effet fait appel à sa décision. Cette fois, la firme devra fournir de gros efforts car ce commissionnement pourra valoir des millions de dollars.

Certes Google a vu ses bénéfices augmentaient de 20% en 2013, mais c’est du côté de la loi qu’il leur faudra regarder, car entre les infractions d’utilisation de licence, les accusations portées par la CNIL pour non respect des droits de confidentialité et un possible redressement fiscale en France, Google doit surtout gérer des conflits.

Nicolas Baccon
Nicolas Baccon
Fondateur de l'agence et passionné de la programmation web, du design, du marketing et des nouvelles technologies, je suis aussi rédacteur à mes heures perdues sur de nombreux sujets.

1 Comment

  1. Lionel - Yooda dit :

    C’est une plaie ces brevets sur les idées. Ca créée une économie de rentiers plutôt que d’entrepreneurs et d’innovateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X