BLOG

Tout savoir sur le Digital

 

Comment recouvrir à une pénalité pour achat de liens

On se pose la question depuis un moment dans la sphère SEO. Seulement, sans connaître tous les détails sur les méthodes algorithmiques mis en place par Google. Qui permettrai de déceler les sites qui achètent des liens. Car si on en croit les systèmes en place. Concernant, les plateformes de vente de liens utilisant des sites de personnes différentes. Celle-ci ne montrent pas de trace particulière indiquant la vente d’un lien.

Un internaute qui reprend l’exemple de pénalité qu’a subit le site Interflora, pose la question suivante :

Comment Interflora a fait pour recouvrir de sa pénalité en 11 jours. Quelle sorte de pénalité avaient-ils et comment les ont-ils résolus en un temps si court ?

acheter des liensSelon Matt, plus Google découvre l’achat de liens qui passent du page rank sur votre site, plus les actions de pénalité peuvent devenir sévères. Le moteur de recherche a statué sur ce type de transaction qui s’apparente à de la publicité.

Acheter des liens n’est pas interdit par Google, car Adowrds en propose tous les jours. Ce qui l’ai en revanche c’est de passer du page rank dans ces liens. Cela signifie cacher aux moteurs de recherche que ces liens ont été acheté. Ils manipulent ainsi l’algorithme naturel.

[box type= »info »]Selon Google, tout achat de lien doit nécessairement utiliser l’attibut nofollow.[/box]

Attrapé à acheter des liens, que faire ?

Si Google vous attrape, vous devriez recevoir un message dans l’onglet actions manuelles de webmaster tools. Pour recouvrir à cette pénalité, vous devez alors ajouter l’attibut nofollow à ces liens ou les désavouer dans l’interface réservée à cet effet.

Demande de reconsidération : Le problème, une fois la main pris dans le sac, c’est qu’il faudra montrer des intentions respectables lors de votre demande de reconsidération. Matt Cutts prend l’exemple de certains webmasters qui ont fauté sur une période spécifique, suite à de mauvais choix et qui pour prouver leur bonne foie, désavouent l’intégralité des liens courant sur la période incriminée.
Imaginez l’impact financier de ce genre d’action a grande échelle sur des campagnes de content marketing ou link building. Mais au moins, vous mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir une réponse favorable du réexamen par Google. Cela dit, le désaveu avec l’opérateur domain: pour désavouer de nombreux liens devrait être uniquement la réponse à de lourdes pénalités précédées par de multiples achats de liens.
[toggle style= »closed » title= »Le cas d’Interflora »]

La marque de fleurs avait reçu une pénalité sévère de Google en février 2013. Leur site avait disparu de google.co.uk en l’espace de quelques jours. L’origine n’était pas directement l’achat de liens traditionnels, mais l’envoi de cadeaux sous forme de bouquets contre des articles rédigés par les blogueurs. Une sorte d’échange pécunier en tout cas pour Google qui n’avait pas hésité à pénaliser leur site.
Cela dit, le site Interflora n’a pas été pénalisé longtemps, puisque quelques jours après, il apparaissait de nouveau dans les résultats du moteur de recherche.

Matt Cutts semble faire une analogie entre le cas d’Interflora et le cas général qu’il fournit dans sa vidéo. Je pense qu’Interflora a pû désavouer une grande quantité de liens sur une période spécifique (celle de l’envoi de bouquets) pour retrouver les faveurs de Google aussi rapidement.[/toggle] Alors avant de se lancer dans l’achat risqué de liens, optez plutôt pour la prospection de partenaires qualifiés.

Vidéo 2’45 9 décembre

Nicolas Baccon
Nicolas Baccon
Fondateur de l'agence et passionné de la programmation web, du design, du marketing et des nouvelles technologies, je suis aussi rédacteur à mes heures perdues sur de nombreux sujets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X